Résolution du CHSCT SRR du 12 mars 2015

Comme nous l’avons signalé lors de la précédente réunion de consultation sur ce projet d’évolution de l’organisation, le CHSCT reconnait l’importance de restructurer le fonctionnement général de la SRR et de ses différentes BU, pour répondre au mieux aux impératifs qu’impose le contexte économique actuel.

Cependant, ce projet impacte indéniablement les conditions de travail, la santé morale et l’équilibre vie professionnelle – vie privée des collaborateurs. De plus, comme nous l’avons aussi soulignée lors de nos dernières réunions, le CHSCT doit recevoir de l’employeur des informations qui lui sont nécessaires pour l’exercice de ces missions et doit disposer de suffisamment d’informations et de temps pour pouvoir émettre un avis éclairé et motivé.

Au regard du manque de visibilité sur nos demandes et de la dégradation du contexte social, le CHSCT regrette l’absence d’une volonté de dialogue de La Direction.

En effet, les CHSCT a émis plusieurs alertes que ne semblent pas avoir été prises en compte par la Direction, dont voici les principales :

  • Depuis le début des débats sur ce projet, les CHSCT se heurte à des désaccords avec la Direction car l’instance se retrouve à donner un avis d’avantage porté sur un organigramme que sur les impacts de ces changements.

  • Le Bouleversement de l’équilibre vie professionnelle – vie privée générée par les mobilités, malgré les quelques aménagements que la Direction a bien voulu concéder.

  • Les risques de RPS et de dégradation de la santé morale des collaborateurs du fait de changement de direction et du manque de visibilité sur les tâches à venir et la transformation de l’activité de certains salariés. Encore une fois, nous tenons à rappeler que la Direction s’est engagée à définir un mode de fonctionnement transparent entre l’instance CHSCT, les managers et leurs équipes dans notre plan d’action RPS.

  • Les éléments communiqués sur l’évolution de la charge de travail restent trop évasifs et ne nous permettent de jauger correctement les impacts de ce projet sur celles-ci.

  • L’absence de plans d’actions ou de mesures détaillées pour l’accompagnement ou la conduite du changement.

  • Le manque de visibilité sur l’effectif des prestataires et des intérimaires en fin de mission et des impacts que cela peut avoir sur la charge de travail des collaborateurs.

  • Le manque d’un planning prévisionnel de formation.

Néanmoins, tous les élus sont conscients que tarder à rendre un avis pénalisent les collaborateurs dans leur travail, ce qui va l’encontre du rôle du CHSCT. Par conséquent, au vu de l’insuffisance des réponses données par la Direction, le CHSCT ne peut qu’émettre un avis défavorable sur le projet d’évolution de l’organisation des activités, du fonctionnement général de la SRR et ses conséquences sur les conditions de travail et la santé des collaborateurs.